Forum = le Basculement des Pôles Index du Forum Forum = le Basculement des Pôles
Discussions sur ce qu'on appelle communément "l'inversion des pôles"
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Moïse - le Pharaon – l’Exode – les 10 plaies … et le retour de Nibiru

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum = le Basculement des Pôles Index du Forum -> Nibiru - catastrophes naturelles - déplacement des pôles et autres nouvelles -> Edgar Cayce - la Bible - Nostradamus - et autres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
BenGarno
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Déc 2009
Messages: 801
Localisation: Québec

MessagePosté le: 14/01/2013, 21:26    Sujet du message: Moïse - le Pharaon – l’Exode – les 10 plaies … et le retour de Nibiru Répondre en citant

Selon les diverses sources d’information, Nibiru a une orbite de 3,600 ans – 3,657 pour être plus précis - et il serait de retour à notre époque.
Quel impact aura-t-il sur notre quotidien ?

Le meilleur moyen de le savoir est de lire comment s’est effectué son dernier passage, selon les divers écrits des peuples anciens qui ont vécu ce rare événement.

Voici la description des dix plaies d'Égypte -  d'après Wikipedia et la Bible.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Plaies_d'Égypte

1- Les eaux du fleuve changées en sang = Le Nil fut nauséabond, et les Égyptiens ne purent boire des eaux depuis le fleuve

2- Les grenouilles = les grenouilles montèrent et recouvrirent l’Égypte

3- Les moustiques = la poussière du sol se changea en moustiques

4- Les mouches (ou les taons) ou les bêtes sauvages = des taons/ bêtes sauvages en grand nombre entrèrent ... dans tout le pays d’Égypte

5- La mort des troupeaux = tous les troupeaux des égyptiens moururent

6- Les ulcères = gens et bêtes furent couverts d’ulcères bourgeonnant en pustules

7- La grêle = Yahvé fit tomber la grêle sur le pays d’Égypte

8- Les sauterelles = Elles couvrirent la surface de toute la terre ... et il ne resta aucune verdure aux arbres ni aux plantes des champs dans tout le pays d'Égypte

9- Les ténèbres = il y eut d’épaisses ténèbres

10- La mort du premier-né = tous les premiers-nés mourront dans le pays d’Égypte

C'est ce qu'on nous enseignait dans les cours de catéchèse et à l'école.

Mais de récentes recherches nous en apprennent plus sur ces catastrophes naturelles.

Voici une explication rationnelle - elle se trouve dans le livre "Mondes en Collision" de Immanuel Velikovsky.

Avant de continuer, je tiens à ouvrir une petite parenthèse pour mentionner que je ne veux pas détruire l’idée de l’intervention divine lors de ces grands événements. Il y a tout de même eu un miracle - et même une suite de miracles, en cascade :
À chacun de ces fléaux, Dieu donnait des instructions à Moïse pour que son peuple soit épargné le plus possible. (mon opinion personnelle)

Donc, Immanuel Velikovsky. a effectué un long travail de recherche dans les anciens manuscrits de cette époque partout dans le monde, et les mêmes fléaux furent rapportés par tous les peuples de cette époque.
Voici un premier extrait de son livre :

Dans le second livre de son histoire, Hérodote rapporte ses conversations avec les prêtres égyptiens … qu'au cours des âges « historiques », et depuis que l'Egypte était devenue royaume, « quatre fois en cette période (c'est ce qu'ils m'ont déclaré), le soleil s'est levé contrairement à son habitude; deux fois, il s'est levé là où il se couche maintenant; et deux fois, il s'est couché là où il se lève aujourd'hui .

Donc, de mémoire d'homme, il y a eu au moins 4 inversions des pôles – et ce fut consigné par écrit par les Égyptiens. Ce texte me sert à démontrer que – périodiquement – de gigantesques catastrophes naturelles frappent la terre.

Au sujet de Immanuel Velikovsky,
Il a sorti son premier livre en 1950 , ‘’Mondes en collision‘’.

Sa théorie a d’abord été totalement rejetée par la communauté scientifique de l’époque, mais au fur et à mesure que la Nasa en apprenait sur notre système solaire, les découvertes de la Nasa appuyaient la thèse de Velikovsky, tant et si bien que maintenant sa thèse n’est plus autant contestée que par le passé.

Même que la Nasa a souvent consulté Velikovsky, c’est tout dire …

Immanuel Velikovsky - Mondes en collision

Sa méthode de travail pour écrire ‘’Mondes en collision‘’ = l’étude des vieux textes, comme la Bible par exemple. Son étude regroupe des textes anciens de tous les continents.

Voici un résumé de sa théorie ...

1-une comète entre dans notre système solaire
2-en revenant, elle bouscule Mars, collision qui se produit dans le voisinage de la Terre.
3-Mars est éjecté et passe de la 2ème à la 4ème place, et la comète devient la planète Vénus en deuxième orbite.

Il a ses opposants et aussi ses défenseurs de sa théorie, qui en fait n'est pas « sa » théorie, puisqu'il n'a fait que mettre des textes anciens à notre portée.

La suite va exposer tout cela en détail - ce qui suit se serait passé il y a environ 3,600 ans partout sur la terre , selon de nombreux manuscrits provenant de partout dans le monde.

-----------------------------------------------------------------

Bonne lecture ...

Les trompettes de l'Apocalypse - Immanuel Velikovsky - Mondes en collision

Quelques extraits de ce livre :
Citation:


Le rapprochement des deux globes chargés d'électricité a également pu produire des sons comparables à ceux de la trompette, et d'intensité variable selon que la distance entre eux augmentait ou diminuait . Il semble bien que ce soit ce phénomène que Pseudo-Philon appelle « le témoignage des trompettes entre les étoiles et leur Seigneur  ». Nous retrouvons ici l'origine de la conception pythagoricienne de la « Musique des Sphères », et de cette idée que les étoiles émettent une musique. En Babylonie les sphères des planètes étaient appelées « voix », et l'on supposait qu'elles produisaient des sons harmonieux . Selon les Midrashim, la trompe du mont Sinaï aurait eu sept notes différentes, et la littérature rabbinique parle de la « Musique Céleste », entendue à la Révélation. « Au premier son, le ciel et la terre bougèrent, les mers et les rivières s'enfuirent, les montagnes et les collines furent ébranlées dans leurs bases = page 59
...
Arès (Mars), dans l'Iliade, appelle Athénê « moustique ». « Les dieux s'entrechoquèrent avec un grand fracas, et la vaste terre retentit, et tout alentour, les cieux résonnèrent d'un bruit semblable à la trompette », et Arès s'adressa ainsi à Athénê : « Pourquoi, une fois encore, moustique, pousses-tu les dieux à lutter contre les dieux  ?... » = page 102
...
« Mais la discorde exerce sa rage effrénée sur les autres dieux... Ils fondent l'un sur l'autre avec un tumulte horrible. La terre en mugit... Le ciel immense fait retentir sa trompette ... Zeus se repaît du spectacle de la guerre des Immortels. »Le ciel immense fait retentir sa trompette... Zeus se repaît du spectacle de la guerre des Immortels. »


Donc, à l'époque de Moise, le ciel émettait des bruits de trompette.
Pendant 3,600 ans - on n'en a plus jamais entendu.
Et maintenant, 3,600 ans plus tard, les bruits de trompette recommencent - et ce n'est pas une coincidence.

Le monde rouge - Immanuel Velikovsky - Mondes en collision

Quelques extraits de ce livre :
Citation:



Un corps céleste, tout récemment entré dans le système solaire - une nouvelle comète - s'approcha très près de la terre. On peut reconstituer le récit de ce cataclysme d'après les témoignages fournis par un grand nombre de documents.

La comète s'éloignait de son périhélie; elle heurta d'abord la terre de sa queue gazeuse. Dans les pages suivantes, je montrerai que c'est au sujet de cette comète que Servius a écrit : « Non igneo sed sanguineo rubore fuisse » (elle n'était pas d'un rouge feu, mais d'un rouge sang).

L'un des premiers signes visibles de cette rencontre fut la couleur rouge que prit la surface de la terre, sous l'influence d'une fine poussière de pigments couleur rouille. Dans les mers, les lacs et les rivières, ce pigment donna à l'eau la couleur du sang. Sous l'effet de ces particules, ou de quelque autre pigment soluble, le monde devint rouge.

Le Manuscrit Quiche des Mayas nous rapporte que dans l'hémisphère occidental, aux temps d'un grand cataclysme où la terre trembla et où le mouvement du soleil s'interrompit, l'eau des rivières fut transformée en sang

L'égyptien Ipuwer, témoin oculaire de la catastrophe, consigna sur le papyrus ses lamentations .

La peau des hommes et des animaux fut irritée par la poussière, qui provoquait des pustules, la maladie, et la mort du bétail, « une piste terrible  ». Les bêtes sauvages, effrayées par les présages du ciel, s'approchaient des villages et des cités "

L'épopée finnoise, le Kalevala, décrit comment, au temps du bouleversement cosmique,le monde fut aspergé de lait rouge *. Les Tartares de l'Altaï parlent d'un cataclysme où « le sang colore le monde entier en rouge », et qui est suivi d'un embrasement général  . Les hymnes orphiques font allusion à l'époque où la voûte céleste, « le puissant Olympe, trembla de peur... et la terre tout alentour poussa un cri terrible, et la mer s'agita, soulevant des vagues pourpres

Les Babyloniens parlent également de la poussière et de la pluie rouges tombant du ciel ". Des cas de « pluie de sang » ont été signalés dans différentes régions . La poussière rouge, soluble dans l'eau, tombant du ciel sous l'aspect de gouttes liquides, ne se forme pas dans les nuages, mais doit provenir d'éruptions volcaniques, ou des espaces cosmiques. Il est généralement reconnu que la chute de poussière météorite est un phénomène qui se produit surtout après le passage de météorites; cette poussière se retrouve sur la neige des montagnes et dans les régions polaires


La pluie de pierres - Immanuel Velikovsky - Mondes en collision

Quelques extraits de ce livre :
 
Citation:


Puis une pluie de météorites s'abattit sur la terre. Notre planète pénétra plus profondément dans la queue de la comète. La poussière était le signe avant-coureur des pierres. Il tomba « une grêle si violente qu'il n'y en a pas eu de semblable en Egypte depuis son origine jusqu'à ce jour »

Nous savons aussi, par les sources du Midrash et du Talmud, que les pierres qui tombèrent sur l'Egypte étaient brûlantes . Ceci ne peut s'appliquer qu'à des météorites, et non à une grêle glacée

Dans les Ecritures, il est dit que ces pierres tombèrent « mêlées de feu »

La chute des météorites s'accompagne de fracas, et de bruits d'explosion, et en cette circonstance ils étaient si « puissants », que, selon le récit des Écritures, les gens dans le palais furent aussi terrifiés par le fracas des pierres que par les ravages qu'elles causaient (Exode, IX, 28).

« Mets donc en sûreté ton bétail, et tout ce que tu as dans les champs, car tous les hommes et tous les animaux qui se trouveront dans les champs, sans être rentrés à la maison, seront atteints par la grêle et périront. » fExode, IX, 19.)

De même, le témoin égyptien déclare : « Le bétail est laissé à l'abandon et il n'y a personne pour le rassembler. Chacun va chercher pour son compte les bêtes marquées à son nom ''. »

En un jour, les champs furent transformés en désert. Dans le livre de /Exode (IX, 25), il est écrit : « Et la grêle frappa toute la verdure des champs, et brisa tous les arbres de la campagne. »

On retrouve la descrïption d'une semblable catastrophe dans le Visuddhi-Magga, texte bouddhique traitant des cycles du Monde. « Quand un cycle du monde est détruit par le vent...
il se lève au début un grand nuage destructeur du cycle, et d'abord une poussière fine, puis une grosse poussière, puis du sable fin, puis du gros sable, et puis des graviers, des pierres et finalement des rochers aussi gros que les grands arbres au sommet des collines.

Au Mexique, les Annales de Cuauhtitlan décrivent comment un cataclysme fut accompagné d'une pluie de pierres. Dans les traditions orales des Indiens, le motif est repris maintes fois. En une époque antique le ciel « fit pleuvoir, non de l'eau, mais du feu, et des pierres chauffées au rouge ». Tout cela concorde avec la tradition hébraïque.


Le Naphte - Immanuel Velikovsky - Mondes en collision

Quelques extraits de ce livre :

 
Citation:


La queue des comètes est composée principalement de gaz de carbone et d'hydrogène.
Privés d'oxygène, ils ne brûlent pas au cours de leur trajectoire, mais les gaz inflammables, en traversant une atmosphère qui contient de l'oxygène, prendront feu.

On lit dans Popol-Vuh, le livre sacré des Mayas  : « Ce fut la ruine et la destruction »... Il y eut une grande inondation; les gens se noyèrent dans une substance visqueuse qui tombait du ciel... La face de la terre s'assombrit, et la pluie sombre tomba des jours et des nuits... Puis il y eut un grand bruit de feu au-dessus de leurs têtes. » La population entière fut anéantie. Le manuscrit Quiche perpétue l'image de la destruction des populations mexicaines par une chute de bitume  : « Il descendit du ciel une pluie de bitume et de résine la terre s'obscurcit et il plut nuit et jour.

Un récit semblable est enregistré dans les Annales de Cuauhtitlan "*. L'âge qui se termina par une pluie de feu fut appelé : « quia-tonatiuh'», qui signifie « le Soleil de la pluie de feu  ».

Et beaucoup plus loin, dans l'autre hémisphère, en Sibérie, les Vogouls se transmirent à travers les siècles et les millénaires ce souvenir : « Dieu envoya une mer de feu sur la terre
Ils appellent la cause de ce feu « Eau de feu  »

Un demi-méridien plus au Sud, dans les Indes  néerlandaises, les tribus indigènes racontent que, dans un passé éloigné, Sengle-Das, ou  « Eau-de-Feu », tomba du ciel. A quelques exceptions près, tous les hommes périrent .

Voici la description de la huitième plaie„telle qu'elle figure dans l'Exode : « Il tomba de la grêle (Darad = des météorites), et le feu était mélangé à la grêle (barad). Elle était si violente qu'il n'y en avait point eu de semblable en Egypte depuis qu'elle forme une nation. » Exode, IX, 24). « Il y eu du tonnerre (plus exactement : un grand bruit), et de la grêle (barad), et le feu se rua sur la terre » Exode , IX, 23)

Le Papyrus Ipuwer décrit ce feu dévorant : « les portails, les colonnes et les murs sont consumés par le feu. Le ciel n'est que confusion  ». Le Papyrus dit que ce feu « détruisit l'humanité » presque entièrement.

Plusieurs textes des Midrashim affirment que du naphte mélangé à des pierres brûlantes s'abattit sur l'Egypte. « Les Égyptiens refusèrent de laisser partir les Israélites, et II versa sur eux du naphte, et des pustules brûlantes. » C'était « un flot de naphte brûlant ». Naphte est le nom du pétrole en araméen et en hébreu.

Le peuple égyptien fut « accablé par d'étranges pluies, de la grêle et des averses inexorables, et entièrement consumé par le feu; car, fait étonnant entre tous, c'est dans l'eau qui éteint toutes choses que le feu brûlait le plus activement '», ce qui est la caractéristique même du pétrole en combustion. Dans la liste des plaies d'Egypte qu'énumère le Psaume CV, il est question de « fleuve de feu » et, dans Daniel (VII, 10) de « torrent enflammé »

Dans la vallée de l'Euphrate, les Babyloniens citaient souvent « la pluie de feu », dont le souvenir s'était perpétué  

Toutes les contrées dont j'ai cité les traditions relatives à la pluie de feu possèdent en fait des gisements de pétrole : Mexique, Indes néerlandaises, Sibérie, Irak et Egypte

Il se peut que le fluide combustible ait flotté un certain temps à la surface des mers, imprégné la surface du sol, et qu'il se soit fortuitement enflammé. « Durant sept hivers et sept étés, le feu a fait rage... Il a consumé la surface de la terre », racontent les Vogouls de Sibérie

Les incendies ultérieurs en Sibérie, au Caucase, en Arabie et partout ailleurs, ne furent que les flambées qui succédèrent au grand embrasement de l'époque où la terre fut enveloppée de vapeurs de carbone et d'hydrogène.




Les ténèbres - Immanuel Velikovsky - Mondes en collision

Quelques extraits de ce livre :

 
Citation:


La terre pénétra plus profondément dans la queue de la comète qui se précipitait sur elle, et s'approcha du corps cométaire.

Un vent extrêmement violent souffla durant sept jours. Pendant tout ce temps, la terre fut plongée dans les ténèbres. « Les quatre, cinq et sixième jours les ténèbres étaient si épaisses qu'ils (les Égyptiens) étaient contraints de rester sur place. » « Les ténèbres étaient de telle nature que les moyens artificiels étaient impuissants contre elles. Les lueurs des feux, ou bien étaient éteintes par la violence de l'ouragan, ou bien invisibles, et englouties sous l'épaisseur des ténèbres. On ne discernait rien... personne n'était capable de parler ni d'entendre et personne n'osait prendre de nourriture, mais ils s'étendirent et restèrent prostrés, comme plongés en léthargie. Ainsi demeurèrent-ils, accablés par le fléau. »

Les ténèbres étaient de telle nature qu'elles « les aveuglaient, et les faisaient suffoquer  ».
Elles n'étaient pas « d'une espèce commune, ni terrestre  ».

Cette inscription donne des ténèbres le même récit que /Exode, X, 22 : « Et il y eut d'épaisses ténèbres sur toutes la terre d'Egypte pendant trois jours. Ils ne se voyaient pas les uns les autres, et personne ne bougea de place pendant trois jours. »

Les tribus du Soudan, au Sud de l'Egypte, font allusion dans leurs contes à une période où la nuit ne voulait finir ''.

Le Kalevala, épopée finnoise, parle d'une époque où des grêlons de fer tombèrent du ciel, et où le soleil et la lune disparurent (« furent dérobés au ciel »), et ne reparurent plus; ils furent remplacés, après une période de ténèbres, par un nouveau soleil et une nouvelle lune . Caïus Julius Solinus écrit qu' « à la suite du déluge qui se serait produit au temps d'Ogygès, une nuit épaisse recouvrit le globe .

Dans les manuscrits d'Avila et de Molina, qui recueillirent les traditions des Indiens du Nouveau Monde, il est rapporté que le soleil demeura cinq jours invisible. Une collision d'étoiles précéda le cataclysme; les gens et les animaux tentèrent de se réfugier dans les cavernes des montagnes.

A l'Est de l'Egypte, en Babylonie, la onzième tablette de l'épopée de Gilgamesh (Gilgamesh) fait allusion aux mêmes événements. A l'horizon se forma un nuage sombre, qui s'abattit sur la terre. Le sol se recroquevilla sous la chaleur des flammes. « La désolation... s'étendit jusqu'au ciel... toute clarté devint ténèbres, et un frère ne pouvait reconnaître son frère ... six jours... l'ouragan, le déluge, la tempête continuèrent à balayer la terre... et toute l'humanité retourna à son argile . »
Le livre iranien Anugita révèle qu'un âge du monde se termina par une nuit et un jour de la durée de trois nuits et trois jours ordinaires , et le Bundehesh, dans un texte que je citerai par la suite, et qui s'apparente étroitement aux événements du cataclysme décrit ici, parle de ténèbres enveloppant le Monde en plein jour, comme au cœur de la nuit. Elles étaient provoquées, d'après le Bundehesh, par une guerre entre étoiles et planètes .

Une nuit anormalement longue, encore obscurcie par les tourbillons de poussière qui s'abattaient des espaces interplanétaires, enveloppa l'Europe, l'Afrique, l'Amérique et les vallées de l'Euphrate et de l'Indus. Si la rotation de la terre n'a pas été arrêtée mais ralentie, ou si son axe a basculé, il y eut nécessairement une longitude sous laquelle un jour prolongé fut suivi d'une nuit prolongée. La situation de l'Iran est telle que, si l'on en croit la tradition iranienne, le soleil fut absent pendant un jour triple du jour normal, et puis brilla pendant un jour triple. En Orient, il dut y avoir un jour plus long que de coutume, correspondant à la nuit prolongée de l'Occident.

D'après le « Bahman yast », à la fin d'un âge du monde, à l'Est de l'Iran ou bien dans l'Inde, le soleil resta dix jours visible dans le ciel.

En Chine, sous le règne de l'Empereur Yao, un grand cataclysme mit fin à un âge du monde. Pendant dix jours le soleil ne se coucha pas . Les événements qui se produisirent à l'époque de l'Empereur Yao méritent un examen attentif J'y reviendrai d'ici peu




Le séisme - Immanuel Velikovsky - Mondes en collision

Quelques extraits de ce livre :
 
Citation:


La terre, arrachée à son mouvement régulier, réagit à l'approche imminente du corps de la comète: un énorme choc bouleversa la lithosphère, et le séisme se propagea sur le globe entier.

Ipuwer fut témoin de ce séisme, auquel il échappa. « Les villes sont détruites, la Haute Egypte est un désert... tout est ruine. » « Le palais a été retourné sens dessus dessous en un instant  » Seul un séisme pouvait « retourner » le palais en un instant. Le mot égyptien pour « retourner » est employé dans le sens d' « abattre un mur  ».

Ce fut la dixième plaie. « Et le Pharaon se leva la nuit, lui, et ses serviteurs, et tous les Égyptiens. Et il y eût de grands pleurs en Egypte, car il n'y avait pas une maison où il n'y eût un mort » fExode, XII, 3o). Les maisons tombèrent, frappées d'un coup très violent. « (L'ange du Seigneur) passa au-dessus des maisons des enfants d'Israël en Egypte, frappa les Égyptiens

La raison pour laquelle les Israélites souffrirent moins de ce cataclysme que les Égyptiens tient probablement aux matériaux dont étaient construites leurs habitations

La tête du corps céleste approcha très près de la terre, en se frayant son passage à travers les ténèbres de l'enveloppe gazeuse; d'après les Midrashim, la dernière nuit en Egypte fut aussi brillante que midi au jour du solstice d'été '\

« Les éclairs éclairèrent le monde : la terre trembla et fut secouée... Tu conduis ton peuple comme un troupeau par la main de Moïse et d'Aaron . » Ils furent conduits hors d'Egypte par un signe qui ressemblait à un bras tendu, « par un bras tendu et par de grandes terreurs », ou bien « par une main puissante, avec un bras tendu, et avec de grandes terreurs, et avec des présages, et avec des merveilles ,

« A minuit », toutes les maisons d'Egypte furent frappées. Il n'y avait pas une maison où il n'y eut un mort ». Telle fut cette nuit du quatorzième jour du mois d'Aviv fExode, XJI, 6 ; XIII, 4), qui est la nuit du Passage. Il semble que primitivement les Israélites célébraient la Pâque la veille du quatorzième jour d'Aviv.

Un séisme provoqué par le contact ou la collision avec une comète doit être ressenti simultanément par tout le globe. Un séisme n'est pas un phénomène exceptionnel. Mais un séisme qui accompagne un choc cosmique devait revêtir une importance considérable, et laisser un souvenir durable chez les survivants.

Dans le calendrier de l'hémisphère occidental il est dit que le treizième jour du mois appelé « Olin » (« Mouvement », ou « tremblement de terre * ») un nouveau Soleil inaugura un nouvel âge du monde  Les Aztèques, comme les Égyptiens, comptaient la journée à partir du lever du soleil

Ici nous avons, en passant ', la réponse au problème, non résolu, de l'origine de la superstition qui attribue au nombre treize, et en particulier à la date du treize, une influence maléfique, elle est encore la croyance de beaucoup de gens superstitieux, croyance que n'ont point altérée des milliers d'années, et qui s'exprime dans les mêmes termes : « le treizième jour est un jour très mauvais; tu n'entreprendras rien ce jour-là ». je ne pense pas qu'on puisse retrouver aucune trace de cette croyance antérieurement à l'Exode. Les Israélites ne partageaient pas cette superstition du nombre treize (ou quatorze) porte-malheur.




L'ouragan - Immanuel Velikovsky - Mondes en collision

Quelques extraits de ce livre :

 
Citation:


Le brutal déplacement d'air sous le choc des parties gazeuses de la comète, le souffle produit par l'attraction du corps cométaire, le mouvement accéléré des couches atmosphériques sous l'effet de la force d'inertie lorsque la terre interrompit sa rotation ou déplaça ses pôles, tout contribua à produire des ouragans, d'une vitesse et d'une force prodigieuses, qui affectèrent la planète entière.

Le Manuscrit Troano et d'autres documents mayas décrivent un cataclysme cosmique au cours duquel l'océan s'abattit sur le continent, et un terrible ouragan balaya la terre  L'ouragan ravagea et emporta toutes les villes et toutes les forêts . Des explosions volcaniques, des trombes d'eau qui déferlaient sur les montagnes, et des vents furieux, menacèrent de détruire l'humanité, et en fait détruisirent de nombreuses espèces animales. La face de la terre changea, des montagnes s'effondrèrent, d'autres surgirent au-dessus des cataractes torrentielles soulevées des espaces océaniques, d'innombrables rivières quittèrent leur lit, et une tornade souffla sauvagement parmi les débris qui tombaient du ciel. La fin de l'âge du monde fut provoquée par Hurakan, l'agent physique qui amena les ténèbres, emporta les maisons, les arbres, et même des rochers et des masses de terre. De ce nom vient « ouragan », le mot que nous employons pour désigner un vent violent. Hurakan détruisit la plus grande partie de la race humaine. Dans les ténèbres balayées par le vent, une matière résineuse tomba du ciel, et contribua avec le feu et l'eau à la destruction du monde . Pendant cinq jours, à l'exception du naphte qui brûlait et des volcans en feu, le monde fut plongé dans l'obscurité, puisque le soleil n'apparut pas.

Le thème de l'ouragan cosmique est repris maintes fois dans les Vedas hindous, dans VAvesta perse '', et « diluvium venti » le déluge de vent, est un terme employé par maints auteurs anciens . Dans le chapitre « Les Ténèbres », j'ai cité les sources rabbiniques relatives au « Vent d'Ouest prodigieusement violent » qui dura sept jours, tandis que la terre était plongée dans les ténèbres; j'ai cité aussi l'inscrïption hiéroglyphique d'el-Arish mentionnant «neuf jours de bouleversement » tandis « qu'il y avait une telle tempête » que personne ne pouvait quitter le palais, ni discerner le visage de ses voisins; la onzième tablette de VEpopée de Gilgamesh, qui affirme que « six jours et une nuit... le déluge, l'ouragan et la tempête ne cessèrent de balayer la terre », et que l'humanité périt presque entièrement. Dans le combat que le dieu-planète Mardouk livra à Tiamat, « Il (Mardouk) créa le vent mauvais, et la tempête, et le vent quadruple, et le vent septuple, et le tourbillon, et le vent qui n'avait pas son égal  ».

Les Maoris racontent '' qu'au milieu d'un cataclysme effrayant « les vents puissants, les rafales déchaînées, les nuages épais, sombres, impétueux, se pourchassant furieusement, avec un fracas épouvantable » se ruèrent sur la création, et en leur sein était Tawhiri-ma-tea, père des vents et des tempêtes; ils emportèrent des forêts gigantesques et déchaînèrent des trombes d'eau dont la crête atteignait la cime des montagnes. La terre geignit affreusement et l'océan s'enfuit.

« La terre fut submergée par l'océan, mais en fut retirée par Tefaafanau » racontent les indigènes de Paumotu en Polynésie. « Quand les nouvelles îles furent pêchées, une étoile servit d'appât. » Au mois de mars, les Polynésiens célèbrent un dieu : Taafanua . « En arabe, Tyfoon est le tourbillon, et Tufan est le déluge; et le même mot se retrouve en chinois, sous la forme de Ty-fong  ». Il semble que le bruit de l'ouragan ait été accompagné d'un son assez semblable à celui du mot Tyfon, comme si la tempête l'appelait par son nom.

Le bouleversement cosmique s'amplifia avec « un vent d'Ouest très fort " », mais avant qu'il n'atteignit son paroxysme, suivant les paroles naïves des Écritures, « le Seigneur par un puissant vent d'Est fit reculer la mer toute la nuit, assécha les fonds marins, et les eaux furent divisées .

Les Israélites étaient sur les grèves de la mer du Passage au moment de l'extrême déchaînement du cataclysme. Le nom Jam Suf est généralement traduit par mer Rouge. On suppose que le Passage s'est effectué soit au golfe de Suez, soit au golfe de la mer Rouge nonuné Akaba, mais on le situe parfois sur un des lacs intérieurs entre Suez et la Méditerranée.

L'ouragan qui mit fin au Moyen-Empire en Egypte ( « le souffle du mécontentement céleste », selon l'expression de Manéthon), se déchaîna sur toutes les parties du monde. Pour distinguer dans les traditions des peuples ce diluvium venti, cataclysme cosmique, des tempêtes catastrophiques mais locales, il faut le retrouver accompagné d'autres perturbations cosmiques, telles que la disparition du soleil, ou le bouleversement de l'aspect du ciel.

Dans le mythe cosmogoni que japonais, la déesse-soleil est restée longtemps cachée dans une caverne céleste, effrayée par le dieu-tempête. « La source de la lumière disparut, le monde entier s'assombrit », et le dieu-tempête se livra à une destruction monstrueuse. Les dieux firent un bruit terrible pour que la déesse-soleil reparut, et leur tumulte fit trembler la terre . Au japon, et sur l'immense surface de l'océan, les ouragans et tremblements de terre ne sont pas rares. Mais ils ne troublent pas l'alternance du jour et de la nuit, et ils ne provoquent pas non plus de changement permanent dans la configuration du ciel et de ses astres. « Le ciel était bas », rapportent les Polynésiens de l'île Takaofo, « puis vinrent les vents, et les trombes d'eau, et les ouragans, et ils soulevèrent le ciel jusqu'à sa hauteur actuelle ''' ».

« Quand un cycle du monde est détruit par le vent » dit le texte bouddhique sur les « cycles du Monde », le vent « retourne le sol sens dessus dessous, et le projette dans le ciel », et « les terres, sur une étendue de cent lieues, sur une étendue de deux cents, trois cents, de cinq cents lieues craquent et sont jetées en l'air par la force du vent » et elles ne retombent pas, mais « sont réduites en poussière dans le ciel, et anéanties ». « Et le vent projette également dans le ciel les montagnes qui entourent le ciel... (Elles) sont écrasées en poussière, et détruites » « Le vent cosmique souffle et détruit « cent mille fois dix millions de mondes ''. »




La marée - Immanuel Velikovsky - Mondes en collision

Quelques extraits de ce livre  :

 
Citation:


Les marées de l'océan sont produites par l'action du soleil, et davantage par celle de la lune.
Un corps céleste plus grand que la lune, ou plus proche qu'elle de la terre, aurait exercé une action supérieure encore. Une comète possédant une tête de la grandeur de la terre, et passant à proximité suffisante, soulèverait les eaux de l'océan à des kilomètres de hauteur .Le ralentissement ou l'arrêt de la rotation de la terre provoquerait le recul des mers vers les pôles .
Mais la proximité d'un corps céleste entraverait ce recul, car il attirerait l'eau vers lui-même.

Les traditions de nombreux peuples insistent sur le fait que les mers furent scindées, soulevées à une très grande hauteur et retombèrent sur les continents. Afin d'établir que ces traditions se rapportent bien au même événement, ou tout au moins à un événement de même ordre, nous devons suivre cette idée directrice : la grande marée suivit une perturbation du
mouvement de la terre.

Les annales chinoises dont j'ai parlé, et que je citerai plus longuement dans un chapitre ultérieur, prétendent qu'au temps de l'empereur Yao le soleil ne se coucha pas pendant dix jours. Le monde brûla, et « les vagues dépassèrent les hauts sommets, menaçant les cieux de leurs flots ». L'eau de l'océan fut soulevée et retomba sur le continent asiatique. Un grand raz de marée déferla sur les montagnes et se brisa au centre de l'Empire de Chine. Cette eau demeura prisonnière des vallées, et le continent fut inondé pendant des décades.

Les traditions des peuples péruviens rapportent que pendant une période égale à cinq jours et cinq nuits, le soleil ne se montra pas. Ensuite l'océan quitta ses rivages et avec un fracas terrible s'abattit sur le continent; toute la surface de la terre fut transformée par ce cataclysme .

Selon les Indiens Choctas de l'Oldahoma, « la terre fut longtemps plongée dans les ténèbres » ; finalement, une vive lumière apparut au Nord; mais « c'était des vagues hautes comme des montagnes, qui s'approchaient rapidement " ».

Dans ces traditions, on découvre deux éléments conjoints : des ténèbres prolongées qui durèrent plusieurs jours (en Asie, un jour prolongé), et, quand le jour perça, une vague de la hauteur d'une montagne, qui ravagea la terre.

Le récit hébraïque du Passage contient les mêmes éléments. Il y eut des ténèbres prolongées et totales {Exode, X, 21). Le dernier jour des ténèbres fut celui passé devant la mer Rouge .
Quand le monde émergea des ténèbres, le fond marin était à découvert, les eaux séparées en deux, et elles se dressaient comme des murs en une double lame . La version des Septante déclare que l'eau « se dressait comme un mur », et le Coran, faisant allusion à l'événement, ajoute « comme des montagnes ». Dans la vieille tradition rabbinique, on lit que l'eau fut suspendue comme si elle était « une glace, solide et massive '' ».

Le commentateur Rashi, guidé par la structure granunaticale de la phrase du livre de l'Exode, expliquait, d'accord avec Mechilta : « l'eau de toutes les mers et de tous les océans fut divisée .»

Les Midrashim contiennent la descrïption suivante : « les eaux s'entassaient à la hauteur de 2.500 kilomètres, et étaient visibles de toutes les nations de la terre . » Cette évocation a pour dessein de suggérer la hauteur fantastique des eaux. Selon les Écritures, les eaux recouvraient les montagnes, et furent soulevées jusques aux cieux  ».

Une mer scindée en deux était un spectacle prodigieux, inoubliable. Il est cité dans de nombreux passages des Écritures. « Les colonnes des cieux s'ébranlent; dans sa puissance II soulève la mer  » « En présence de leurs pères au pays d'Egypte II avait fait des prodiges. Il avait fendu la mer en deux pour les faire passer, en retenant les eaux verticales comme une digue. » « Il tient assemblées toutes les eaux de la mer, comme si c'était dans une outre... Que toute la terre craigne le Seigneur . »

Puis la grande mer (la mer Méditerranée) pénétra dans la mer Rouge en un gigantesque raz de marée





L'étincelle - Immanuel Velikovsky - Mondes en collision

Quelques extraits de ce livre :
 
Citation:


Il se produisit un phénomène d'une extrême importance. La tête de la comète ne pénétra pas dans la terre, mais il se produisit entre elles de grandes décharges électriques. Une étincelle gigantesque jaillit quand la comète arriva à proximité immédiate de la terre, alors que les eaux dressées à la surface du globe atteignaient leur plus grande hauteur; après quoi elles retombèrent, suivies d'une pluie de débris arrachés à la tête et à la queue de la comète.

« Et l'ange de Dieu qui marchait en tête de l'armée des Israélites changea de place et passa derrière; la colonne de nuée qui les précédait alla se placer derrière eux, entre le camp des Égyptiens et celui d'Israël. Elle était obscure, et elle éclairait la nuit. » Un vent d'une extrême violence, accompagné d'éclairs, déchira le nuage. Au matin, les eaux formèrent comme une muraille, et se séparèrent. « Et les enfants d'Israël descendirent à pied sec au milieu de la mer, tandis que les eaux,formaient une muraille à leur droite et à leur gauche. Les Égyptiens les poursuivirent Vers la veille du matin, le Seigneur, du haut de la colonne de feu et de nuée, regarda le camp des Égyptiens et y jeta la panique; il faussa les roues de leurs chars... Les eaux retournèrent et couvrirent les chars, les cavaliers et toute l'armée du pharaon, qui étaient descendus dans la mer à la suite des Israélites. Il n'en réchappa pas un seul )

Ces marées immenses furent provoquées par la proximité d'un corps céleste. Elles retombèrent quand une décharge électrique se produisit entre la terre et l'autre corps.

Artapanus, l'auteur du De Judaeis, aujourd'hui disparu, semblait savoir que les mots « le Seigneur, du haut de la colonne de feu et de nuée, regarda le camp des Égyptiens » faisaient allusion à un gigantesque éclair. Eusèbe cite Artapanus : « Mais tandis que les Égyptiens... les poursuivaient, un feu, dit-on, éclata sur eux, et la mer se referma sur leur chemin, et les Égyptiens furent tous détruits par le feu et par les flots . » Le souvenir des grandes décharges électriques échangées par les deux corps célestes se retrouve dans les traditions, les légendes et la mythologie de tous les peuples du monde. Le dieu Zeus pour les Grecs, Odin pour les Islandais, Ukko pour les Finnois, Perun pour les païens de Russie, Wotan (Woden) pour les Allemands, Mazda pour les Perses, Mardouk pour les Babyloniens, Çiva pour les Hindous est représenté l'éclair à la main et décrit comme le dieu qui lance ses foudres sur le monde écrasé par l'eau et par le feu.

L'armée égyptienne fut engloutie par la chute de la double muraille d'eau. La violence du choc projeta l'armée du Pharaon dans les airs. « Venez voir les oeuvres de Dieu. Il a opéré parmi les enfants des hommes des prodiges stupéfiants. Il a changé la mer en terre ferme; on a passé le fleuve à pied sec... Vous avez fait marcher des hommes sur nos têtes; nous avons dû passer par le feu et par l'eau .»

Ces marées engloutirent également des tribus entières qui habitaient la région côtière de la mer Rouge, nommée Téhama, et longue de 1500 kilomètres.

« Dieu envoya sur les Dj oromites des vents rapides, des fourmis, et d'autres signes de sa colère, et beaucoup d'entre eux périrent... dans le pays de Djohainah, un torrent impétueux les emporta tous en une nuit. Le théâtre de ce cataclysme est connu sous le nom d'Idam (furie). »
L'auteur de ce passage, Masudi, écrivain arabe du X*^ siècle, cite un auteur plus ancien,
Omeyah, fils d'Abu-Salt : «Jadis les Dj oromites vinrent s'établir dans la région de Tehama, et une grande inondation les emporta tous . »

De même la tradition arabe (Kitab Alaghaniyy ), n'ignore point la plaie des insectes (fourmis de la plus petite espèce), qui obligea la tribu à quitter le Hedjaz et à retourner à son pays natal, où elle fut détruite par « Toufan », un déluge. Dans ma reconstruction de l'Histoire Ancienne, je m'efforce de montrer le synchronisme entre ces événements et l'Exode.




L'effondrement du ciel - Immanuel Velikovsky - Mondes en collision

Quelques extraits de ce livre :

 
Citation:


La pluie de météorites et de feu qui s'abattait du ciel, les nuages très bas de poussière exogène et le déplacement des points cardinaux firent croire que le ciel s'était effondré.

Les anciens peuples du Mexique évoquaient un âge du monde qui fut frappé à mort par l'effondrement du ciel, la terre restant ensevelie sous un linceul de ténèbres  

Strabon rapporte, en citant Ptolémée, fils de Lagus, général d'Alexandre et fondateur de la dynastie égyptienne qui porte son nom, qu'Alexandre demanda aux Celtes, habitants des bords de l'Adriatique, ce qu'ils redoutaient le plus. Ils lui répondirent qu'ils ne craignaient rien, sauf la chute du ciel .

Les Chinois font allusion à un effondrement du ciel qui se produisit lorsque les montagnes s'écroulèrent . Et parce que les montagnes s'écroulèrent, ou s'aplanirent en même temps que le ciel s'abaissait, les peuples antiques, et non pas seulement les Chinois, croyaient que les montagnes étaient les supports du ciel.

« La terre trembla, et les cieux suintèrent... les montagnes se fondirent en eau », dit le cantique de Déborah "*. « La terre tremblait, les cieux aussi se liquéfiaient devant Dieu; le mont Sinaï lui-même fut secoué », dit le psalmiste .

Les tribus des îles Samoa font allusion dans leurs légendes à un cataclysme où « autrefois le ciel s'effondra ». Les cieux, ou les nuages, étaient si bas, qu'on ne pouvait se tenir debout sans les toucher .

Les Finnois racontent dans leur Kalevala que le support du ciel céda, et qu'alors une étincelle de feu alluma un nouveau soleil et une nouvelle lune . Les Lapons font des offrandes, en demandant à Dieu que le support du ciel ne cède pas, et que le ciel ne s'écroule pas . Les Esquimaux du Groenland ont la même crainte - si le ciel s'effondrait, tous les hommes périraient. Un obscurcissement du soleil et de la lune précéderait ce cataclysme .

Les peuplades primitives d'Afrique, dans les régions tant occidentales qu'orientales, parlent d'un effondrement du ciel qui se produisit autrefois. Les Ouahercros disent qu'il y a bien longtemps, « les grands du ciel » (Eyourou) laissèrent tomber le ciel sur la terre. Il n'y eut que de rares survivants. On retrouve également chez les tribus Kangos et Loangos la tradition d'un écroulement du ciel, qui aurait détruit l'humanité. Les Ouangoros de l'Ounyoro rapportent de leur côté que le ciel tomba sur la terre, et tua tout le monde : le dieu Kagra précipita le firmament sur la terre, pour détruire l'humanité .

La tradition des Cashinaua, indigènes du Brésil occidental, s'exprime ainsi « Les éclairs brillèrent, le tonnerre gronda, et tous furent effrayés. Alors le ciel éclata, et les morceaux tombèrent, et frappèrent à mort toute chose et toute créature vivante. Le ciel et la terre échangèrent leurs places. Rien qui fût vivant ne fut laissé sur terre .»

Cette tradition fait état des mêmes phénomènes : éclairs et tonnerre, éclatement du ciel, chute de météorites. Mais la question de l'échange de positions entre le ciel et la terre n'est pas épuisée; j'y reviendrai bientôt.




La terre et la mer en ébullition - Immanuel Velikovsky - Mondes en collision

Quelques extraits de ce livre :

 
Citation:


Deux corps célestes furent attirés l'un vers l'autre. Les masses intérieures de la terre subirent une poussée vers la périphérie. La terre, perturbée dans sa rotation, s'échauffa. La surface des continents dégagea une chaleur intense. Les traditions de nombreux peuples rapportent que la surface de la terre entra en fusion et la mer en ébullition.
La terre éclata, et la lave se répandit. Le livre sacré mexicain Popol-Vuh, le Manuscrit Cakchiquel, le Manuscrit Troano affirment ensemble que la lave jaillit de toutes les montagnes de l'hémisphère Occidental à la fois. Des volcans apparurent sur toute la longueur de la Cordillère, sur d'autres chaînes, et même sur les terrains plats ; ils vomirent du feu, des vapeurs et des torrents de lave. Ces livres, comme d'ailleurs d'autres sources mexicaines, narrent comment, aux dernières heures de l'âge qui périt sous une pluie de feu, les montagnes s'enflèrent sous la pression des masses en fusion, et que de nouvelles chaînes surgirent. De nouveaux volcans s'élevèrent, et des fleuves de lave s'écoulèrent des crevasses de la terre

Les récits de la Bible confirment les traditions grecque et mexicaine : « les montagnes tremblent »; « une nuée sombre... le feu... la terre frémit ... les montagnes fondent comme de la cire » . « Lui, dont le regard suffit à faire trembler la terre, et qui, rien qu'à les toucher, enflamme les montagnes ".» « La terre trembla... les montagnes suintèrent... et même le Sinaï .» « Il tance la mer, et la met à sec, il tarit toutes les rivières... les montagnes vacillent devant lui, et les collines se dissolvent, la terre se soulève... le monde brûle et tous ses habitants » Les rivières fumaient, et le fond des mers était en ébullition par endroits. « La mer bouillonnait, les bords de l'océan bouillonnaient, le centre bouillonnait», dit le Zend-Avesta. L'étoile Tistrye fit bouillir la mer .

Les traditions indiennes ont enregistré le souvenir de l'eau portée à ébullition dans les fleuves et la mer. Les tribus de la Colombie britannique racontent : « De grands nuages apparurent... La chaleur devint si forte que l'eau finit par bouillir; les gens se jetèrent dans les torrents et dans les lacs pour se rafraîchir, et ils périrent . » Sur la côte nord du Pacifique, en Amérique, les Indiens affirment que l'océan entra en ébullition; « l'eau devint très chaude... beaucoup d'animaux sautèrent dans l'eau pour y trouver le salut, mais l'eau se mit à bouillir. »
Les Indiens de la tribu de l'Ute méridional au Colorado rapportaient dans leurs légendes que les rivières entrèrent en ébullition .

La tradition juive, telle qu'elle fut conservée dans les sources rabbiniques, déclare que la boue au fond de la mer du Passage devint d'une extrême chaleur. « Le Seigneur combattit les Égyptiens par la colonne de nuée et de feu. La boue fut portée à ébullition par la colonne de feu.» Les sources rabbiniques ajoutent aussi que la colonne de feu et de nuée aplanit les montagnes .

Hésiode, dans sa Théogonie, relatant les cataclysmes causés par une collision céleste, dit : « L'énorme terre gémit... une grande partie de l'énorme terre fut brûlée par la vapeur terrible et fondit comme l'étain fond, quand il est chauffé par l'art de l'homme... ou comme le fer, dur entre tous, est ramolli par les feux ardents dans les vallées des montagnes .»

Selon la tradition du Nouveau Monde l'aspect de la terre fut transformé par le cataclysme : des vallées s'ouvrirent, des chaînes de montagnes se disloquèrent, de nouveaux golfes se creusèrent, d'antiques sommets basculèrent, et de nouvelles cimes saillirent. Les quelques survivants du monde détruit furent enveloppés de ténèbres : « le soleil, en quelque sorte, n'existait pas », et parfois, à la faveur des feux éclatants, ils apercevaient la silhouette de montagnes inconnues.

Le livre sacré maya Popol-Vuh dit que le dieu « roula les montagnes », « déplaça les montagnes », et que les « montagnes grandes et petites se déplacèrent et tremblèrent ». Les montagnes se gonflèrent de lave. « Coniraya-Viracocha, dieu des Incas, éleva des montagnes sur les plaines et fit disparaître d'autres montagnes ^'*. »

Et de même : « Quand Israël sortit d'Egypte... la mer à cette vue prit la fuite... les montagnes bondirent comme des béliers, les collines comme des agneaux... Devant la face de Dieu, tremble, oh! terre '. »

Il transporte les monts sans qu'ils s'en doutent... Il les bouleverse dans sa colère; Il secoue la terre sur sa base... Il donne un ordre au soleil, qui ne se lève pas... Tout seul. Il a déployé les cieux. Il marche sur les vagues de la mer ''.»

Le plateau de la péninsule du Sinaï est recouvert de formations de lave basaltique ; de grandes surfaces du désert d'Arabie sont également recouvertes de lave brillante.  Des formations de lave, parsemées de volcans éteints, s'étendent de la région de Palmyre jusqu'en Arabie, et on les trouve aux portes mêmes de la Mecque ''. Il y a quelques milliers d'années les déserts s'allumèrent aux feux de nombreux volcans, les montagnes entrèrent en fusion, la lave sortit d'innombrables crevasses et se répandit sur la terre.

Le corps céleste que le grand Architecte de la Nature envoya à proximité de la terre entra en contact avec elle par des décharges électriques, s'éloigna, puis, une fois encore, s'en approcha.


« Il y eut un fracas de tonnerre, des éclairs, un épais nuage couvrait la montagne et le son de la trompe retentit avec éclat. Toute la foule qui était dans le camp tremblait... le Sinaï n'était que fumée... la fumée qui s'en élevait était comme celle d'une fournaise, et toute la montagne tremblait avec violence. Le son de la trompette s'amplifiait encore. Moïse parla et Dieu lui répondit par une voix .»

Un auteur du T'' siècle de notre ère, dont l'ouvrage sur les antiquités bibliques a été attribué à Philon, le philosophe d'Alexandrie, décrit ainsi les convulsions de la terre et du ciel : « le mont (Sinaï) fut ravagé par le feu, la terre trembla, les collines furent déplacées et les montagnes basculèrent et tous les lieux habitables furent ébranlés; des langues de feu s'avancèrent, le tonnerre et les éclairs se multiplièrent, les vents et les tempêtes firent rage; les étoiles entrèrent en collision . En se référant au verset « Il descendit sur les cieux qui s'abaissaient » (ps. XVIII), Pseudo-Philon décrit les événements du mont Sinaï, et dit que le Seigneur « arrêta la course des étoiles  ».

« La terre remua dans ses fondements, les montagnes et les roches tremblèrent sur leurs bases, et les nuages opposèrent leurs flots aux flammes du feu, afin qu'elles ne consument pas le monde entier... Toutes les vagues de la mer n'en firent plus qu'une ''.»

Les Hindous décrivent ainsi le cataclysme cosmique qui mit fin à un âge du monde. « Le monde entier éclate en flammes, et en même temps que lui 100.000 fois dix millions de mondes. Toutes les cimes du mont Sineru, même celles qui sont hautes de centaines de lieues, s'émiettent et disparaissent dans le ciel. Les flammes s'élèvent et enveloppent les cieux ''. »
Ainsi se termina le sixième soleil, ou âge du soleil. De même dans la tradition juive, le sixième âge du monde prit fin au jour où Moïse reçut la loi de Dieu, et le septième commença .

Le rapprochement des deux globes chargés d'électricité a également pu produire des sons comparables à ceux de la trompette, et d'intensité variable selon que la distance entre eux augmentait ou diminuait . Il semble bien que ce soit ce phénomène que Pseudo-Philon appelle « le témoignage des trompettes entre les étoiles et leur Seigneur '

Homère narre un événement semblable en ces termes La vaste terre retentit, et les vastes cieux alentour s'emplirent d'un son pareil à celui de la trompe.» « La terre entière brûle quand retentit le cor », trouve-t-on dans la Voluspa .

Selon la tradition hébraïque toutes les nations entendirent le grondement de la Révélation. Il semble qu'au mont Sinaï, « les sons qui retentissaient longuement», s'élevèrent dix fois, et c'est dans ce grondement que les Hébreux entendirent le Décalogue.




Le renversement des pôles - Immanuel Velikovsky - Mondes en collision

Quelques extraits de ce livre :
 
Citation:


Le Papyrus magique Harris parle d'un bouleversement cosmique par le feu et par l'eau, où « le Sud devient le Nord, et la terre se retourne».

Le Papyrus Ipuwer indique de même que « le monde fut tourné à l'envers comme la roue d'un potier », et que « la terre se retourna  ». Le papyrus déplore les terribles dévastations opérées par le bouleversement naturel. Le Papyrus Ermitage (Leningrad 1.116 b recto) fait encore allusion à un cataclysme qui « retourna le monde; il arriva ce qui jamais (encore) n'était arrivé  ». Il est admis qu'à cette époque (second millénaire), la rotation quotidienne de la terre sur elle-même était inconnue, et les peuples croyaient que le firmament et ses astres tournaient autour de notre globe. Par conséquent, l'expression : « la terre se retourna » ne s'applique pas à la rotation quotidienne du globe.

Ces descrïptions des papyrus de Leyde, de Leningrad et surtout celles du papyrus Harris nous interdisent de ne voir dans ces expressions qu'une interprétation poétique. Le «
retournement » de la terre eut pour effet que les pôles intervertirent leur position.

« Harakhte, lui, se lève à l'Ouest  » Les textes trouvés dans les pyramides déclarent que « l'astre a cessé d'habiter l'Occident et qu'il brille, renouvelé, à l'Orient ». Après l'inversion de direction, les mots « Ouest» et « soleil levant » n'étaient plus synonymes, et il devenait nécessaire de préciser en ajoutant: « l'Ouest, qui est à l'occident ». Ce n'était pas là pure tautologie, comme l'a pensé le traducteur de ce texte .

Si l'on songe que les hiéroglyphes ont été déchiffrés au cours du XIX*^ siècle, il est surprenant que les commentateurs modernes d'Hérodote et de Mêla aient négligé de consulter les textes égyptiens.

Dans la tombe de Senmout, architecte de la reine Hatshepsout, un panneau du plafond représente la sphère céleste, les signes du Zodiaque, et les autres constellations, avec une
orientation inversée de la partie Sud du firmament .

« Un trait caractéristique du plafond de Senmout est l'orientation astronomiquement fausse du panneau Sud. » Le centre de ce panneau est occupé par le groupe Orion-Sirius, dans lequel Orion apparaît à l'Ouest de Sirius, au lieu de se trouver à l'Est. « L'orientation du panneau Sud est telle qu'une personne allongée dans la tombe, face à la voûte, doit lever la tête et regarder vers le Nord, non vers le Sud. Étant donné l'orientation inversée du panneau Sud, Orion, la constellation la plus remarquable de la partie Sud, paraît se déplacer vers l'Est, c'est-à-dire dans le mauvais sens '^.

La véritable interprétation de « l'orientation irrationnelle du panneau Sud » et de la « position inversée d'Orion » semble être celle-ci : le panneau Sud représente le ciel tel qu'il était

Le panneau Nord nous offre l'image du ciel d'Egypte, tel qu'on eût pu le voir, par une nuit de l'époque de Senmout.

N'y a-t-il pas en Grèce des traditions autochtones qui signalent ce renversement de la révolution du soleil et des étoiles ?

Platon écrivit dans son dialogue le Politique : « je veux dire, le changement du lever et du coucher du soleil, et des autres corps célestes; comment en ce temps-là, ils se couchaient dans la région où ils se lèvent maintenant, et se levaient dans celle où maintenant ils se couchent

Le dieu, à l'époque de la querelle, vous vous rappelez, changea tout cela pour y substituer le système actuel, comme témoignage de sa faveur pour Atrée. »

Et il continuait : « A certaines périodes l'univers obéit à son actuel mouvement circulaire, à d'autres, il tourne dans le sens contraire De toutes les révolutions qui ont lieu dans le ciel, cette inversion du mouvement est la plus grande et la plus totale ''. »

Platon continuait son dialogue, et il utilisait le passage ci-dessus comme point de départ à un essai philosophique extravagant sur la réversibilité du temps. La valeur du passage cité s'en trouve amoindrie, malgré la forme catégorique de l'affirmation.

Le renversement du mouvement du soleil ne fut pas un événement qui passa inaperçu : ce fut un acte de fureur et de destruction totale. Platon écrit dans le Politique : « Il y a, à ce moment là, grande destruction des créatures, et une infime partie de la race humaine survit. »

Beaucoup d'auteurs grecs, avant et après Platon, font allusion à l'inversion du mouvement solaire. Selon un bref fragment d'un drame historique de Sophocle (Atrée), le soleil se lève à l'Est seulement depuis que sa direction originelle a été inversée : « Zeus... changea la course du soleil, et il le fit se lever à l'Est et non à l'Ouest  . »

Euripide écrivit dans Electre : « Alors, Zeus se dressa dans sa colère, et il changea la route lumineuse des astres, et le soleil radieux, et les yeux brumeux de la grise aurore. Et l'éclair des roues de son char, retournant sur sa route, empourprèrent la face du couchant. Le soleil a refait sa route en arrière, et sa colère a accablé le genre humain .

Nombreux sont les auteurs des siècles suivants qui se rendirent compte que l'histoire d' Atrée était l'écho de quelque événement naturel. Cet événement ne pouvait être une éclipse. Strabon se trompait en essayant d'attribuer un caractère rationnel à cette histoire : il prétendit qu'Atrée était l'ancêtre des astronomes, et qu'il « découvrit que le soleil tournait dans le sens contraire du mouvement des cieux ' ». Pendant la nuit, les étoiles se meuvent d'Est en Ouest, en un temps plus court de deux minutes que celui mis par le soleil à se déplacer dans la même direction pendant le jour ''.

Même en une langue poétique, pareil phénomène n'eût pas été décrit en ces termes : « Et le char du soleil aux ailes rapides quitta l'horrible mêlée, changeant sa route occidentale à travers les cieux pour les lieux où se levait l'aurore rosissante. » Ainsi s'exprime Euripide dans une autre oeuvre

Sénèque, contemporain de Strabon, en savait davantage que son aîné. Dans son drame Thyeste, il nous décrit puissamment ce qui se passa lorsque le soleil fit demi-tour dans le ciel matinal; cette descrïption porte la marque d'une très profonde connaissance des phénomènes naturels. Quand le soleil rebroussa chemin et éteignit le jour au milieu de l'Olympe (midi), et quand le soleil couchant put contempler Aurore, les hommes, frappés de terreur, demandèrent : « De tous les peuples de la terre, avons-nous mérité que le ciel, ses pôles arrachés, nous écrase ? La fin du monde arrive-t-elle en notre temps  ? »

Les premiers philosophes grecs, et principalement Pythagore, ne devaient pas ignorer l'inversion de la révolution du ciel, si elle eut vraiment lieu; mais comme Pythagore et ses disciples gardaient leurs connaissances dans un secret jaloux, nous en sommes réduits aux seuls commentateurs des pythagoriciens. Aristote dit que les pythagoriciens distinguaient le mouvement céleste de droite et le mouvement de gauche. (« Le côté où se lèvent les étoiles » est la droite du ciel, et « le côté où elles se couchent, est la gauche » .) Et nous trouvons dans Platon : « Une direction de gauche à droite. Et cela sera d'Ouest en Est " ». Notre soleil d'aujourd'hui suit la direction opposée.

Caius Julius Solinus, auteur latin du III siècle de notre ère, disait des peuples qui habitent la frontière Sud de l'Egypte : « Les habitants de ce pays déclarent tenir de leurs ancêtres que le soleil se couche maintenant là où il se levait autrefois . »

Les traditions des peuples s'accordent pour faire coïncider les changements du mouvement du soleil et les grands cataclysmes qui mirent fin à des âges du monde. Le changement du mouvement solaire à chaque âge successif explique que de nombreux peuples emploient le mot « soleil » pour le mot « âge ».

« Les Chinois disent que c'est seulement depuis l'établissement d'un nouvel ordre des choses que les étoiles se déplacent d'Est en Ouest » « Les signes du Zodiaque chinois présentent l'étrange particularité de se déplacer en sens rétrograde, c'est-à-dire en sens inverse du soleil .
»

Les hiéroglyphes mexicains citent quatre mouvements du soleil : Nahui ollin tonatiuh. « Les auteurs indiens traduisent Ollin par « mouvement du soleil ». Quand ils le trouvent accompagné du nombre Nahui ils traduisent nahui ollin par les mots « Soleil dans ses quatre mouvements ». Ces quatre mouvements désignent quatre « soleils préhistoriques », ou « périodes du monde », accompagnés d'un bouleversement des points cardinaux .

Le soleil qui, contrairement au mouvement présent, se déplace vers l'Est, est appelé par les Indiens Teolt Lixco  . Les peuples du Mexique donnaient une explication symbolique des changements de direction du soleil : « une partie de boules » se déroulait au ciel, accompagnée sur la terre de bouleversements et de séismes '"'.

L'interversion Est-Ouest, combinée à l'interversion Nord-Sud, transformerait les constellations du Nord en constellations . du Sud ; elles se présenteraient dans un ordre inversé, comme sur la carte du ciel Sud, au plafond du tombeau de Senmout. Les étoiles du Nord deviendraient les étoiles du Sud. C'est ce que semble suggérer la tradition mexicaine,

lorsqu'elle parle des « quatre cents étoiles du Sud qui furent chassées »,

Les Esquimaux du Groenland racontèrent aux missionnaires qu'autrefois la terre chavira, et que les peuples qui vivaient alors se retrouvèrent aux antipodes

Les sources hébraïques sur ce sujet sont nombreuses . Dans le traité Sanhédrin du Talmud, il est dit : « Sept Jours avant le déluge, le Très-Haut changea l'ordre premier, et le soleil se leva à l'Ouest et se coucha à l'Est '"'. »

Tevel est en hébreu le nom qui désignait le monde où le soleil se levait à l'Ouest ''. Arabot est le nom du ciel qui avait à l'Ouest son aurore

Hai Gaon, autorité rabbinique qui vécut entre 939 et 1038, fait dans ses Réponses allusion aux bouleversements cosmiques où le soleil se leva à l'Ouest et se coucha à l'Est

Le Coran parle du Seigneur « des deux Est et des deux Ouest », phrase qui donna de grosses difficultés aux exégètes. Averroès, philosophe arabe du XII siècle, mentionne les mouvements du soleil vers l'Est et vers l'Ouest '.


Les Aztèques déclaraient . « Le soleil n'existait plus depuis nombre d'années (Les chefs) commencèrent à scruter les ténèbres en tous sens, à la recherche de la lumière espérée; et ils faisaient des paris sur la région du ciel où le soleil paraîtrait d'abord. Les uns disaient « ici », les autres disaient « là ». Mais quand le soleil se leva il se trouva que tous s'étaient trompés, car aucun d'entre eux n'avait fixé son choix sur l'Est .


De même, la tradition maya dit que « l'on ne savait où le nouveau soleil apparaîtrait ». « Ils regardaient dans toutes les directions, mais ils étaient incapables de dire où le soleil se lèverait. Les uns pensaient qu'il paraîtrait au Nord, et leurs regards étaient tournés dans cette direction. D'autres pensaient que ce serait au Sud. En fait, toutes les directions furent choisies, car l'aube brillait partout à la fois. Quelques-uns cependant fixèrent leurs regards sur l'Orient, en soutenant que le soleil apparaîtrait de ce côté-là. Et c'est eux qui eurent raison . »

Selon le « Compendium » de Wong-che-sing (1526-1590), c'est pendant « l'âge qui suivit le chaos, juste après que le Ciel et la Terre se fussent séparés, et que la grande masse de nuages eût cessé de peser sur la Terre » que le ciel montra son visage .




Voici pourquoi les israélites ont erré pendant 40 ans dans le désert :
Ils n’avaient plus aucun point de repère pour retrouver leur chemin. Ils étaient dans le noir complet. Donc , impossible pour eux de s’orienter.

Un autre extrait du livre "mondes en collision"

 
Citation:


Dans les Midrashim, il est dit que, pendant la marche dans le désert, les Israélites n'aperçurent pas le visage du soleil, que des nuages cachaient; et il leur était impossible de s'orienter


S'il faut en croire Vélikovsky, 52 ans plus tard,  Vénus , après son orbite autour du soleil, bouscula Mars dans la région de la terre.

Une autre série de catastrophes naturelles est largement décrite dans le récit de la vie de Josué lorsque celui-ci remplaça Moise comme leader du peuple hébreu.



Déjà, on peut se poser 2 questions :

1
Quelle valeur faut-il donner à tous ces vieux textes ?!?

Personnellement, ces textes constituent une preuve que la Bible ne se trompe pas, puisque des peuples très éloignés les uns des autres ont raconté les mêmes événements.

Les peuples d'il y a 3,600 ans, très influencés par leurs religions respectives et ne comprenant pas ce qui arrivait, croyaient que les dieux étaient la cause de tout ce chaos, ce qui est très logique pour ces peuples de cette époque là.

2
Est-ce que Vénus est réellement une ancienne comète ?
Peu importe, ce qui nous intéresse ici est la cohérence des textes anciens qui prouvent - hors de tout doute - que l'histoire de l'exode tel que raconté par Moise est vrai, et Velikovsky nous amène une thèse qui se tient.

Si ce n'est pas Vénus ou Mars qui furent la cause du chaos, c'est donc autre chose, un autre corps céleste.

En tout cas, la preuve est faite :
Les multiples dégâts racontés par Moise qui affectèrent l'Égypte frappèrent aussi tous les autres peuples - et c'est ce qui nous intéresse.

L’aspect de l'exactitude astronomique des faits racontés par Vélikovsky a son importance aussi, c'est pourquoi il a ses partisans, et il a aussi ses opposants.

Et pour le futur – à notre époque ?

Remarquez la similitude entre ces textes de l’Exode et de l’Apocalypse :


 
Citation:


Exode 9:23
Moïse étendit sa verge vers le ciel ; et l'Éternel envoya des tonnerres et de la grêle, et le feu se promenait sur la terre. L'Éternel fit pleuvoir de la grêle sur le pays d'Égypte.

Apocalypse 8:7
Le premier sonna de la trompette. Et il y eut de la grêle et du feu mêlés de sang, qui furent jetés sur la terre ; et le tiers de la terre fut brûlé, et le tiers des arbres fut brûlé, et toute herbe verte fut brûlée.




Remarquez la ressemblance de ces 2 textes. = De la pluie - de grêle et de feu.


 
Citation:


Exode 7:20
Moïse et Aaron firent ce que l'Éternel avait ordonné. Aaron leva la verge, et il frappa les eaux qui étaient dans le fleuve, sous les yeux de Pharaon et sous les yeux de ses serviteurs ; et toutes les eaux du fleuve furent changées en sang.

Apocalypse 8:8
Le second ange sonna de la trompette. Et quelque chose comme une grande montagne embrasée par le feu fut jeté dans la mer ; et le tiers de la mer devint du sang, ...




Et remarquez aussi que le même phénomène de l'eau changé en sang qui frappa l'Égypte se reproduira plus tard , si on se fie sur le livre de l'Apocalypse.

L'Exode raconte ce qui s'est passé du temps de Moïse , tandis que l'Apocalypse décrit ce qui se produira dans un avenir plus ou moins proche.

Donc , l'apocalypse prédit - dans un avenir plus ou moins proche – à peu près les mêmes fléaux que du temps de Moise.

Le but de ce document n’est pas de faire peur - mais d’informer.

Pour en savoir plus sur Nibiru – les catastrophes naturelles et le déplacement des pôles, je vous invite à jeter un œil sur mon site :
http://poleshift.zoomshare.com/




_________________
Ben Garneau = https://bengarno.wordpress.com


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 14/01/2013, 21:26    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum = le Basculement des Pôles Index du Forum -> Nibiru - catastrophes naturelles - déplacement des pôles et autres nouvelles -> Edgar Cayce - la Bible - Nostradamus - et autres Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com